Alerte média : Mayfair Equity Partners mène un investissement en capital de croissance de 41 millions de dollars dans EGYM pour accélérer la numérisation de l'industrie du fitness et de la santé. En savoir plus 

EGYM Logo

Entraînement isocinétique : Méthode d'entraînement EGYM

L'entraînement isocinétique est une méthode d'entraînement révolutionnaire qui permet d'obtenir de meilleurs résultats en moins de temps qu'avec un entraînement classique. Il est notamment possible de travailler en douceur les articulations douloureuses.

Temps de lecture

Env. 5 minutes

Qu'est-ce que l'entraînement isocinétique ?

Contrairement aux appareils de musculation classiques, l'entraînement isocinétique ne consiste pas à ajuster le poids d'entraînement, mais une vitesse de mouvement.

La résistance résulte alors d’une tentative d’entraînement plus rapide que la vitesse autorisée par l'appareil. Les appareils d'entraînement isocinétiques ont des caractéristiques semblables à celles de l'eau. Plus on essaie de pousser ou de tirer rapidement, plus la résistance est importante.

Cela signifie que l'on peut contrôler le dosage de sa charge à chaque instant de l'exercice et suivre la force appliquée sur l'écran de l'appareil.

Tout cela n'est possible qu'avec des appareils de musculation spéciaux, que l'on ne trouvait jusqu'à présent que dans les centres de performance et de réhabilitation. La technologie innovante des appareils de musculation EGYM permet désormais de doter chaque appareil d'une option d'entraînement isocinétique.

 

Les avantages de l'entraînement isocinétique

Les effets obtenus grâce à cet entraînement sont plus importants qu'avec un entraînement de musculation classique
L'entraînement isocinétique nécessite ainsi moins de séries qu'un entraînement de musculation classique. Ce constat a été prouvé par une étude réalisée en 2011. Après quatre semaines d'entraînement musculaire isocinétique, on a constaté une augmentation de la force de l'ordre de 27 %. Dans un entraînement de musculation classique, en revanche, cette augmentation n'était que de 13 %. De plus, l'entraînement isocinétique a permis de mieux corriger les déséquilibres musculaires (Golik-Peric at. al. 2011).

Il s'agit d'une forme d'entraînement particulièrement douce, avec un faible risque de blessure et de surentraînement
L'entraînement isocinétique est une forme d'entraînement musculaire particulièrement douce et convient donc aussi parfaitement comme travail de récupération. Cela s'explique par le fait que la résistance est variable et s'adapte aux performances individuelles à chaque moment de l'exercice. Il est ainsi possible de déployer des forces plus importantes et de réaliser des circonférences plus grandes qu'avec un entraînement classique (Hollmann & Strüder, 2009). En même temps, cela permet d'éviter les compensations indésirables qui se produiraient lors d'un entraînement régulier en raison d'un poids d'entraînement trop élevé sur les faibles articulations (Weineck, 2004). En outre, la vitesse du mouvement étant constante, il ne peut y avoir d'accélération incontrôlée. En raison de ces caractéristiques, l'entraînement isocinétique est généralement la seule option sérieuse pour un entraînement musculaire en cas de lésions articulaires.

L'entraînement isocinétique est la seule méthode permettant de travailler les articulations présentant une lésion ou douloureuses
L'entraînement isocinétique, en tant qu'entraînement favorable aux articulations, convient parfaitement aux traitements de physiothérapie, à la kinésithérapie et aux entraînements de réhabilitation. Par exemple, si vous avez des douleurs dans une partie du corps, comme une douleur au genou, vous n'avez qu'à appliquer moins de force dans cette zone, tandis que vous pouvez utiliser toute votre force dans les zones exemptes de douleurs (Wilcke 2004 ; Hohmann & Hamacher 1998).

L'entraînement isocinétique permet de développer une force uniforme dans chaque articulation
Les muscles ne peuvent pas toujours exercer la même force, car la force du muscle dépend de la position dans laquelle il se trouve à un moment donné. L'exemple des pompes nous permet d'y voir plus clair : plus on s'approche du sol avec le bout du nez, plus le mouvement est épuisant. C'est précisément là – donc dans l'amplitude la plus faible d'un mouvement –  que le stimulus d'entraînement le plus important se produit dans un entraînement classique. La différence par rapport à l'entraînement isocinétique réside dans le fait que le stimulus d'entraînement de ce dernier est le même pour chaque articulation.

Les appareils Smart Strength d'EGYM affichent un retour d'information direct à l'écran, ce qui donne plus de motivation aux athlètes et leur permet d'en apprendre davantage sur la coordination.

 

Conclusion

L'entraînement isocinétique est sans doute l'une des méthodes d'entraînement les plus efficaces et les moins contraignantes. Cette méthode d'entraînement est particulièrement recommandée pour les entraînements de musculation axés sur la santé et la performance.

Connaissez-vous d'autres méthodes d'entraînement d'EGYM ?

Documentation et sources

Golik-Peric, D., Drapsin, M., Obradovic, B., & Drid, P. (2011). Short-term isokinetic training versus isotonic training: effects on asymmetry in strength of thigh muscles. Journal of human kinetics, 30, 29.

Hohmann, Andreas; Hamacher, Dieter (1998). Isokinetisches Krafttraining mit Knie-Totalendoprothese (TEP) - Patienten in der Anschlussheilbehandlung. Münster Hofmann Verlag. 

Hollmann, Wildor; Strüder, Heiko Klaus; Hettinger, Theodor (2009). Sportmedizin: Grundlagen für körperliche Aktivität, Training und Präventivmedizin. Stuttgart Schattauer Verlag. 

Weineck, J. (2004). Optimales Training: Leistungsphysiologische Trainingslehre unter besonderer Berücksichtigung des Kinder-und Jugendtrainings (14th ed.). Erlangen: Spitta Verlag GmbH & Co. KG.

Wilcke, Andreas (2004). Vordere Kreuzbandläsion: Anatomie, Pathophysiologie, Diagnose, Therapie, Trainingslehre, Rehabilitation. Steinkopff Verlag.