Alerte média : Mayfair Equity Partners mène un investissement en capital de croissance de 41 millions de dollars dans EGYM pour accélérer la numérisation de l'industrie du fitness et de la santé. En savoir plus 

EGYM Logo

Entraînement négative : Méthode d'entraînement EGYM

L'entraînement négative est une méthode d'entraînement très répandue dans le monde de la musculation et du culturisme, visant à solliciter davantage les muscles afin d'obtenir un raffermissement et un développement musculaires de manière efficace. Les physiothérapeutes utilisent cette méthode d'entraînement en réhabilitation. Cette méthode est utilisée ici à très faible intensité pour permettre aux personnes concernées de réaliser leurs premiers mouvements puissants après une blessure. Cependant, si vous ne vous entraînez pas sur EGYM Smart Strength, cette méthode nécessite généralement un partenaire d'entraînement ou un thérapeute pour vous aider à exécuter les mouvements.

Temps de lecture

Env. 5 minutes

Comment fonctionne exactement l'entraînement négative ?

Pour expliquer le fonctionnement d'un entraînement négative de manière compréhensible, il faut comprendre l'anatomie et la physiologie du corps humain.

Chaque mouvement comprend une phase concentrique (positive) et une phase excentrique (négative) ou une phase de dépassement et de relâchement de la force.

Dans la vie quotidienne, on peut dire d'une manière générale que la phase excentrique représente toujours un travail de freinage, comme c'est le cas lorsque l'on descend une colline, que l'on se pose après un saut ou lorsque l'on descend les escaliers. Lors de la contraction concentrique, on est sur un raccourcissent du muscle, tandis que la contraction excentrique entraîne un étirement musculaire. Pour illustrer ce point, prenons l'exemple du développé-couché : Lorsque l'on pousse la barre vers le haut, c'est la phase concentrique (contraction concentrique). On parle de phase excentrique quand on ramène la barre vers soi, en contrôlant la descente du poids (contraction excentrique).

D'un point de vue anatomique, la musculature peut fournir davantage de force en phase d'étirement musculaire (phase excentrique), qu'en phase de raccourcissement. Selon une étude, de jeunes hommes en bonne santé étaient capables de générer 5 à 7 fois plus de force dans les muscles sollicités lors d'un entraînement excentrique sur un vélo ergométrique (c'est-à-dire lorsque la résistance des pédales était ralentie) que lors d'un travail concentrique, c'est-à-dire qui dépasse la résistance, sur un vélo ergométrique (Meyer et al. 2004, p. 73)

 

Entraînement négative sur les appareils EGYM

EGYM a tiré profit de ces connaissances et a mis au point une méthodologie d'entraînement sur les machines de musculation qui met en application de manière optimale l'entraînement négative. Nos appareils de fitness peuvent modifier le poids à la fin du mouvement concentrique, en l'augmentant pour la phase de relâchement qui s'ensuit. Une fois le mouvement excentrique terminé, le poids est ramené à sa valeur initiale. Il en résulte une fatigue musculaire plus importante, permettant d'obtenir de meilleurs résultats.

 

 

Exemple : Le développé assis

  • Force maximale : 101 kg 
  • Charge concentrique : 51 kg
  • Charge excentrique : 85 kg

On n'a pas besoin d'un partenaire d'entraînement pour surmonter la phase concentrique car, par exemple, dans le développé assis, le poids lors du mouvement concentrique correspond à env. 50 % de la force maximale, une charge que l'on peut généralement contrôler sans problème lors du mouvement excentrique. Lors de la phase excentrique, on essaie maintenant de résister à la charge élevée, de la ralentir et de contrôler le poids en le ramenant à la position de départ.

Contrairement à l'entraînement musculaire traditionnel, qui consiste à venir à bout de la charge, l'entraînement négative est axé sur le freinage de celle-ci lors du mouvement excentrique.

 

L'entraînement négative est idéal pour périodiser l'entraînement

Afin d'obtenir des progrès élevés dans l'entraînement, les deux méthodes se prêtent parfaitement à un plan de périodisation – c'est-à-dire alterner un entraînement « régulier » et un entraînement « négative », car les différents paramètres de charge donnent des stimuli différents.

 

L'entraînement négative est plus efficace pour le développement musculaire et l'augmentation de la force maximale

Avec la méthode d'entraînement négative, vous pouvez constater une augmentation significative de la section musculaire par rapport à un entraînement régulier. Cette méthode permet également d'améliorer sensiblement la force maximale par rapport à un entraînement régulier.

 

L'entraînement négative prévient les blessures musculaires

Il a également été prouvé que les structures élastiques des muscles sollicités absorbent l'énergie dans la phase excentrique et deviennent ainsi plus robustes à long terme. Par conséquent, l'entraînement négative permet surtout de prévenir les blessures musculaires. La plupart des blessures musculaires liées au sport surviennent lorsque des forces très élevées sont générées pendant une courte période, par exemple lors d'atterrissages ou de mouvements d'arrêt rapide. Ces forces étant supérieures à la force réelle du muscle, elles sont amorties par les structures passives/élastiques. Si celles-ci ne sont pas suffisamment renforcées, l'athlète subira une blessure musculaire.

L'entraînement négative améliore également la coordination intramusculaire, c'est-à-dire l'interaction des différentes fibres musculaires dans le muscle. Si tout se passe bien et de manière coordonnée, le muscle est également mieux préparé pour résister à des forces élevées (Meyer et al., 2004).

 

Connaissez-vous d'autres méthodes d'entraînement d'EGYM ?

Outre l'entraînement négatif avec nos machines Smart Strength, il existe de nombreuses autres possibilités permettant de réaliser chaque objectif sportif de manière ciblée.

En savoir plus

Documentation et sources

Meyer et al. (2004). Muskelaufbau im Zentrum des kardiovaskulären Trainings. Deutsche Zeitschrift für Sportmedizin, 55 (3), 70–74.