Alerte média : Mayfair Equity Partners mène un investissement en capital de croissance de 41 millions de dollars dans EGYM pour accélérer la numérisation de l'industrie du fitness et de la santé. En savoir plus 

EGYM Logo

Déséquilibres musculaires – déséquilibre du corps

Le manque d'exercice, les efforts monotones de la vie quotidienne ou la sollicitation d'un seul côté dans le sport peuvent favoriser le développement de déséquilibres musculaires.

Temps de lecture

Env. 8 minutes

Que sont les « déséquilibres musculaires » ?

Définition : le terme « déséquilibres musculaires » désigne un déséquilibre entre des groupes musculaires fonctionnellement opposés, tels que l'abdomen et le dos, ou entre les côtés gauche et droit. Le déséquilibre musculaire signifie que l'état de tension, qui était équilibré à l'origine, est devenu déséquilibré et que certains muscles sont trop tendus ou trop peu tendus, ce qui provoque des variations en termes de force et de souplesse.

Lorsque notre corps est équilibré, le coté gauche de notre corps, par exemple, est aussi fort que le coté droit. Cependant, si l'équilibre se déplace en raison de diverses influences telles que la sollicitation d'un seul côté du corps, notre corps deviendra alors plus fort sur un côté.

On peut comparer notre corps à une tente qui est plus tendue du côté droit que du côté gauche. Bien qu'elle tienne en place au début comme si ses deux côtés étaient tendus de la même façon, elle est beaucoup moins résistante à la pluie ou au vent. Ainsi, notre corps devient également beaucoup plus sujet aux blessures qu'un corps en équilibre (Dauty et al., 2003 ; Schlumberger et al., 2006 ; Yeung et al., 2009 ; Fousekis et al., 2010 ; Brockett et al., 2004).

 

Quelles sont les causes et les conséquences des déséquilibres musculaires ?

Les causes des déséquilibres musculaires peuvent être très diverses : le manque d'exercice, le ménagement des muscles après une blessure, la sollicitation d'un seul côté du corps dans le sport ou une mauvaise posture permanente ne sont que quelques exemples – et tous entraînent des conséquences similaires :

  • Irritation des tendons, des ligaments et des articulations due à l'empêchement d'un mouvement optimal.
  • Sensibilité accrue aux claquages et aux déchirures musculaires due à une sollicitation mécanique excessive des muscles raccourcis et à une élasticité réduite (Brockett et al., 2004)
  • Diminution des performances.

Une étude a révélé que les conséquences ou les blessures correspondantes présentent un risque multiplié par 2,6 en cas de déséquilibre musculaire, c'est-à-dire un écart de 15 % ou plus par rapport à la norme (Knapik et al. 1992).

 

Identifier les déséquilibres musculaires

  • Il est possible d'identifier les déséquilibres musculaires au moyen de tests physiothérapeutiques, tels que les tests de force maximale et de longueur musculaire, qui permettent de détecter d'éventuelles disproportions.
  • Par ailleurs, l'entraînement avec EGYM offre également la possibilité d'obtenir des informations sur les rapports de force de deux groupes musculaires opposés (par ex. les quadriceps et les ischio-jambiers). Pour ce faire, les résultats des tests de résistance obtenus sur nos appareils de musculation sont comparés et analysés. Les coachs peuvent alors se servir de ces données pour créer un plan d'entraînement ciblé et individuel afin de corriger les déséquilibres existants. Vous trouverez l'analyse des déséquilibres musculaires dans nos applis pour coachs et adhérents.

Traiter et corriger les déséquilibres musculaires

Le Prof. Dr Lutz Vogt, médecin du sport à l'université de Francfort-sur-le-Main, conseille d'adapter les séances d'entraînement pour corriger les déséquilibres musculaires existants ou pour en prévenir une nouvelle aggravation. À cet effet, il est recommandé de traiter le raccourcissement des muscles par de légers exercices de relâchement ou d'étirement. Cela peut se faire dans des séances à part, avant ou après une séance d'entraînement. Pour adapter les muscles affaiblis, la séance d'entraînement habituelle doit être complétée par des exercices de musculation ciblant les muscles concernés.

Le système d'entraînement EGYM permet de remédier très facilement aux déséquilibres musculaires. L'analyse réalisée par l'application vous montre exactement les muscles à entraîner davantage afin de corriger les déséquilibres existants. Il existe une machine pour chaque groupe musculaire important, qui vous permet de travailler et de développer les muscles concernés de manière ciblée.

 

Prévenir et éviter les déséquilibres musculaires

Certains muscles sont connus pour être sujets au raccourcissement ou à l'affaiblissement en raison du mode de vie occidental. Si une analyse individuelle de l'équilibre musculaire n'est pas possible, il convient, à titre préventif, de développer les muscles qui ont tendance à s'affaiblir et à étirer les muscles qui ont tendance à se raccourcir :

Les muscles tendant à s'affaiblir

  • Mollets
  • Adducteurs
  • Fessier
  • Abdomen
  • Buste
     

Les muscles tendant à se raccourcir

  • Quadriceps
  • Ischios-jambiers
  • Bas du dos
  • Fléchisseurs de la hanche

 

Conclusion : on peut mieux prévenir ou limiter les problèmes si l'on dispose des connaissances nécessaires

Si l'on veut s'attaquer aux déséquilibres musculaires de manière ciblée, il faut d'abord disposer des connaissances nécessaires pour pouvoir déterminer de manière fiable le statu quo. EGYM peut vous aider à rendre les déséquilibres musculaires facilement mesurables et compréhensibles pour les adhérents. Il est ainsi possible de prévenir les conséquences désagréables liées aux déséquilibres et de s'attaquer aux problèmes existants de manière ciblée.

 

Connaissez-vous le BioAge EGYM ?

Découvrez comment les athlètes peuvent en savoir encore plus sur leur condition physique et leur état de santé avec le BioAge !

En savoir plus

Sources bibliographiques

Fousekis K., Tsepis E. & Vagenas G. (2010). Lower Limb Strength in Professional Soccer Players: Profile, Asymmetry, and Training Age. Journal of Sports Science and Medicine, 9, 364–373.

Schlumberger A., Laube W., Bruhn S., Herbeck B., Dahlinger M., Fenkart G., Schmidtbleicher D., & Mayer F. (2006). Muscle imbalances – fact or fiction? Isokinetics and Exercise Science, 14(1), 3–11.

Yeung, S. S., Suen, A. M., & Yeung, E. W. (2009). A prospective cohort study of hamstring injuries in competitive sprinters: preseason muscle imbalance as a possible risk factor. British Journal of Sports Medicine, 43(8), 589-594.

Dauty, M., Potiron-Josse, M., & Rochcongar, P. (2003). Identification of previous hamstring muscle injury by isokinetic concentric and eccentric torque measurement in elite soccer players. Isokinetics and exercise science, 11(3), 139-144.

Schneider, W., Biste, G., Freitag, P., Baumgartner, H., Tritschler, T., & Spring, H. (1989). Beweglichkeit: Theorie und Praxis. Stuttgart, New York: Thieme.

Gösele-Koppenburg, A., & Segesser, B. (2000). Anteriorer Knieschmerz – Fehlbelastungsfolgen im Sport. In: Das patellofemorale Schmerzsyndrom (pp. 96-105). Darmstadt: Steinkopff.

Knapik, J., Jones, B. H., Bauman, C. L., & Harris, J. M. (1992). Strength, Flexibility, and Athletic Injuries. Sports Medicine, 14(5), 277-288.

Brockett, C. L., Morgan, D. L., & Proske, U. (2004). Predicting hamstring strain injury in elite athletes. Medicine & Science in Sports & Exercise, 36(3), 379-387.